Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Hariulfus

Rechercher

17 mars 2012 6 17 /03 /mars /2012 11:55

Le Point.fr - Publié le 13/03/2012 à 17:50 - Modifié le 13/03/2012 à 17:53

Les spécialistes grecs de l'Antiquité dénoncent les coupes budgétaires à répétition conduisant à des abandons de chantiers.

Les ruines du temple d'Artémis, dans le Péloponnèse.

Les ruines du temple d'Artémis, dans le Péloponnèse. © Gianni dagli Orti / AFP

Les 950 archéologues grecs partent en guerre contre le Fonds monétaire international (FMI), qu'ils jugent être un "cheval de Troie" en Grèce pour l'imposition de mesures d'austérité budgétaire mettant, selon eux, la "démocratie" et la "dignité nationale" du pays en péril. "Les monuments n'ont pas de voix, ils nous ont, nous", indique un appel international pour la sauvegarde du patrimoine culturel en Grèce, qui doit être lancé mercredi à Athènes lors d'une conférence de presse par l'Association des archéologues grecs.

Ils dénoncent les coupes budgétaires à répétition conduisant à des abandons de chantiers et la réduction des budgets consacrés à la sécurité des chantiers de fouille ou des musées archéologiques. "Les services archéologiques grecs ne sont pas en surnombre et ne sont pas surpayés", indique l'appel adressé à tous les "collègues, universitaires et citoyens d'Europe et du monde". "Les mesures d'austérité appliquées de façon autoritaire, qui sont en train de détruire la Grèce et ses monuments, vont être imposées dans toute l'Europe", affirme le texte.

La Grèce compte quelque 106 musées archéologiques et byzantins, 250 sites archéologiques organisés, 19 000 sites archéologiques déclarés et 366 projets cofinancés avec l'Union européenne qui sont sous la responsabilité du service archéologique, dépendant du ministère de la Culture. En novembre 2011, 10 % des emplois du ministère de la Culture ont été supprimés dans le cadre de départs en retraite demandés par les bailleurs de fonds du pays, indiquent les archéologues qui dénoncent une loi en préparation prévoyant de nouvelles réductions d'emplois au ministère de la Culture. "Les dégâts vont être irréparables, nous devons les empêcher", dit le texte. En 2011, le budget du service archéologique s'est élevé à 12 millions d'euros, en baisse de 35 % par rapport à 2010.

Partager cet article
Repost0

commentaires