Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Profil

  • Hariulfus

Rechercher

3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 05:09

Didier Busson (DHAAP) : A la redécouverte du couvent de la Visitation Sainte-Marie, rue Saint-Jacques

14h00-14h30


A l’occasion d’une opération d’archéologie préventive menée sur le campus de l’université  Pierre et Marie Curie à l’emplacement du couvent de  la Visitation Sainte-Marie (au 193, rue Saint-Jacques), il est apparu qu’une confrontation entre différentes sources documentaires permettait une meilleure compréhension de l’histoire et de l’architecture de cet établissement religieux, fondé en 1626, et dont une grande partie est l’œuvre de François Mansart.
Ainsi la mise en relation entre les résultats de la fouille archéologique menée par L’INRAP et la Ville de Paris, les plans anciens conservés aux  Archives Nationales, et les collections tant  photographiques qu’archéologiques du musée Carnavalet, contribue à la redécouverte de cet édifice, qui disparut complètement du paysage parisien au début du XIXe siècle.
 

Catherine Brut (DHAAP) : Le destin du mobilier issu des fouilles du prieuré de Saint-Martin des Champs 

14h30-15h00

 
A partir des fouilles archéologiques menées dans l'ancien prieuré royal où fut installé, après la Révolution, le Musée des Arts et Métiers, trois objets ont été découverts. Leurs destins, en fonction de leur intérêt pour l'histoire du site où ils ont été trouvés, de leur qualité artistique ou de leur qualité propre sont présentés dans trois musées différents.


Rose-Marie Mousseaux / Sylvie Robin (DHAAP/Musée Carnavalet) : « L’objet archéologique, de la fouille au musée à la Ville de Paris » 

15h00-15h30


Depuis plusieurs années, l’étroite collaboration scientifique que mènent le service archéologique et le musée Carnavalet permet de gérer, suivant un processus unique, les objets issus des fouilles parisiennes, depuis le milieu du XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Du lieu de découverte aux réserves archéologiques ou aux salles d’exposition, ces témoins conservent ainsi leur identité « scientifique », essentielle, pour restituer le quotidien passé.
 

Sylvie Robin (DHAAP/Musée Carnavalet) : « Recherche et médiation en archéologie, du service archéologique municipal au musée Carnavalet »

15h30-16h00


Depuis plus d’une décennie, les collaborations étroites entre le service archéologique et le département archéologique du musée Carnavalet ont donné lieu à de nombreux projets de médiation, toujours liés aux recherches les plus récentes en matière d’archéologie parisienne. Cette approche résulte d’une volonté de restituer aux publics parisiens les données recueillies depuis les premières fouilles parisiennes du XIXe siècle, et étudiées en collaboration avec les universitaires et spécialistes.


Hélène Eristov (CNRS) / Claire Martin (DHAAP) : « Les décors peints des maisons lutéciennes : de l’étude archéologique à la présentation muséale »

16h00-16h30


Découverts sur de multiples sites parisiens, les fragments de peinture murale présentent un caractère novateur dans l’histoire de la peinture murale romaine. Leur étude, issue d’une collaboration entre le service archéologique et le CNRS, a abouti, pour les ensembles les mieux préservés, à des restitutions poussées voire des restaurations incluses dans le parcours muséographique du musée Carnavalet et qui permettent de mieux comprendre le monde coloré dans lequel vivaient les Lutéciens.
 

Paulette Hornby (Musée du Petit Palais) : De la collection à la fouille : les voyages d’un collier à pendentif en forme de papillon

16h30-17h00


La fouille archéologique, bien menée et publiée, est une source de richesse extraordinaire pour la compréhension, au-delà  des pièces découvertes, des sociétés qui les ont  produites et de façon plus globale, des civilisations dans lesquelles elles s’inscrivaient. Détaché de son contexte, un objet, si beau soit-il, est en partie muet. Le fixer dans un musée, et rétablir son contexte, c’est lui redonner la vie et la parole, en faire un maillon fixe dans l’écriture de l’histoire et de l’histoire de l’art : le collier à pendentif en forme de papillon, achat récent du Petit Palais, après cent ans de voyages, est sur le point de retrouver son contexte d’origine.

Samedi 21 mai de 14h à 17h

Entrée gratuite dans la limite des places disponibles ( 182 places)

Partager cet article
Repost0

commentaires